Logo Etat Savoie
Observatoire des Territoires de la Savoie

Direction départementale des territoires de la Savoie

Les Espaces Forestiers en Savoie

Imprimer la rubrique

Sommaire :

Les aménagements forestiers.
La forêt savoyarde, caractéristique des zones de montagne, occupe une place significative.
Une forêt collective à 44% de sa surface.
Une gestion forestière écocertifiée.
Une forêt multifonctionnelle ... ... dont les rôles sont de plus en plus difficilement admis
- les forêts de protection.
Des perspectives néanmoins encourageantes.

 

 Les aménagements forestiers.
Rechercher un aménagement forestier sur le site de l'ONF.

 

 La forêt savoyarde, caractéristique des zones de montagne, occupe une place significative.

 

La forêt couvre en Savoie 202 000 hectares, soit 32 % du territoire départemental, contre 29 % en moyenne, en France Métropolitaine (d'après les campagnes d'inventaire 2008 Ó 2012 de l'IGN).

La surface forestière poursuit sa progression. Cette évolution consécutive au recul de l'agriculture est sensible depuis presque un siècle. L'arrêt de cette progression dans les années 70 et 80 témoigne en fait d'une simple compensation de l'avancée de la forêt par les défrichements (stations de ski pour l'essentiel).

La plus grande partie des espaces forestiers se situe aux étages montagnard et subalpin.

Parmi les essences caractéristiques de ces niveaux, l'épicéa domine nettement le sapin et le mélèze n'est présent que de manière anecdotique.

Plus bas, la forêt devient feuillue - l'épicéa en général introduit artificiellement, est encore bien présent-, et est nettement dominée par le hêtre.

Forêts de conifères (sapinières, pessières, sapinières-pessières, mélézins..) en altitude, de feuillus en basse altitude (peupleraie en forêt alluviale, hêtraie en zone de moyenne altitude), mélangées (hêtraie-sapinière) en moyenne altitude, la diversité des forêts de Savoie est autant le fruit de conditions naturelles extrêmement variées (altitude, exposition, pente, solů) que de l'utilisation que les hommes en ont eue et de la gestion qu'ils y ont pratiquée.

La physionomie des forêts du département est fortement marquée par la gestion assez généralisée en "futaie irrégulière". On trouve ainsi sur bien des parcelles des arbres d'âge et de taille variés.

Futaie irrégulière : forêt composée d'arbres d'âge et de taille variés. En permettant une récolte étalée dans le temps et un renouvellement, ce mode de gestion est bien adapté à la forêt de montagne, car favorable à sa stabilité.

Haut de page

 

 Une forêt collective à 44% de sa surface

La forêt est publique pour 88 000 ha et privée pour environ 114 000 ha.

La forêt publique est régie par un régime de droit particulier : le régime forestier, afin d'en assurer la conservation et la bonne gestion. Les terrains relevant du régime forestier couvrent 102 400 ha (12 800 ha domaniaux et 89 600 ha appartenant à des collectivités, en majeure parte des communes) dont 16% ne sont pas boisés (espaces naturels situés en général en sommet de forêt ou zones rocheuses ou éboulis). La forêt publique est gérée par l'Office National des Forêts (établissement public à caractère industriel et commercial).

Les forêts publiques font, pour chacune d'elles, l'objet d'un plan de gestion, appelé aménagement forestier mis à jour tous les 15 à 20 ans.

Ces aménagements forestiers sont consultables sur le site de l'ONF.

La forêt domaniale (propriété de l'Etat) est principalement d'origine RTM (Restauration des Terrains en Montagne), c'est-à-dire acquise par l'Etat à la fin du XIX ème siècle - début du XX ème siècle, afin de lutter contre l'érosion, notamment grâce au reboisement (ce qui explique sa très faible surface en forêt de production).


La forêt privée se caractérise par un fort morcellement de la propriété : 57 950 propriétaires se partagent 80% de sa superficie (d'après l'Union des Groupements de Sylviculteurs de Savoie).

Haut de page

 

 Une gestion forestière écocertifiée

Depuis le début des années 2000, pour répondre au besoin de garantie de gestion durable de la forêt, a été mise en place la certification européenne PEFC (Programme for the Endorsement of Forest Certification schemes ou Programme de Reconnaissance des Certifications Forestières).

Chaque forêt certifiée est gérée selon les règles établies par les professionnels et les usagers et contrôlée, à ce titre, par des experts compétents et indépendants.

Le bois récolté dans ces conditions est identifié à chaque étape de sa transformation afin que le consommateur final puisse choisir les produits issus des forêts certifiées en toute connaissance de cause.

Haut de page

 

 Une forêt multifonctionnelle ...

Plus de 250 000 m3 de bois récolté par an contribuent à l'approvisionnement de la filière bois et au maintien d'emplois.

Certains milieux présentent un intérêt écologique de niveau européen (une bonne proportion des sites proposés pour le réseau Natura 2000 sont forestiers). Dans certains milieux particulièrement remarquables, identifiés comme réserves biologiques, est mise en oeuvre une gestion spécifique : inventaires approfondis, travaux en faveur de la diversité biologique.

En effet, c'est dans les milieux forestiers que certaines espèces (animales et végétales) à forte valeur patrimoniale trouvent les conditions favorables à leur existence.

La forêt façonne le paysage et marque l'identité du département.

En zone de montagne, la forêt joue un rôle important de protection contre l'érosion, les avalanches, les chutes de pierre, les éboulements.

Le manteau forestier est aussi un filtre (rôle épurateur) et un frein (rôle de régulation) pour l'eau qui le traverse.

Enfin, la forêt reste, ou devient, un lieu privilégié d'accueil et de loisirs.

Haut de page

 

  ...dont les rôles sont de plus en plus difficilement admis

La forêt d'aujourd'hui assure tant bien que mal toutes ces missions.

Mais cet équilibre est fragile :

- Les coûts d'exploitation, comme tous les coûts dont la main d'oeuvre est la composante principale augmentent, alors que les prix des bois, dépendants de facteurs déterminés à l'échelle du globe, restent faibles malgré une reprise depuis 2006.

Ainsi le forestier n'intervient déjà plus dans les secteurs les moins facilement accessibles et on ne voit pas pour l'instant de perspective d'inversion de cette tendance.

L'exploitation pourrait ainsi laisser peu à peu la place à des travaux d'entretien de la forêt, lui permettant de conserver sa fonction de protection vis-à-vis des risques naturels et son rôle paysager.

Son rôle de production de bois (bois d'oeuvre comme bois énergie) en serait amoindri, de même que son rôle récréatif.

- La sous exploitation des forêts porte atteinte au développement économique voire au maintien de la filière bois locale, source d'emplois en milieu rural.

Elle nuit aussi à la stabilité des forêts qui en vieillissant ne peuvent plus assurer correctement leur rôle de protection contre les risques naturels, de protection de la ressource en eau, d'accueil des activités touristiques et de loisirs, de maintien de la qualité du paysage et enfin de stockage du CO2, un des principaux gaz à effet de serre.

La mobilisation de la ressource renouvelable des forêts alpines constitue donc un enjeu important pour l'avenir, d'autant que la demande de matière première reste soutenue.

Haut de page

 

 Des perspectives néanmoins encourageantes :

L'inversion de la tendance actuelle en terme d'exploitation forestière passe par une amélioration du réseau de voies de desserte des forêts et par la dynamisation de l'exploitation par câble, une technique qui a fait ses preuves dans les forêts d'accès difficile chez nos voisins suisses et transalpins.

Dans l'immédiat, le renouveau du « bois-énergie », lié à la forte hausse du coût des combustibles fossiles, constitue une perspective intéressante en terme de valorisation des coupes de faible valeur et des résidus d'exploitation.

Parallèlement, on constate un regain d'intérêt des acteurs locaux pour la filière forêt-bois, comme en témoignent les nombreuses initiatives « chartes forestières de territoire » mises en place sur les territoires de Savoie (Bauges, Arlysère, Tarentaise et bientôt Maurienne, Avant Pays...)

Haut de page